RÉSUMÉ:

Un groupe de manifestations inhabituelles et intéressantes de la maladie de Crohn est discuté et illustré. L’importance de reconnaître et d’évaluer correctement ces résultats est soulignée, en particulier chez les patients de moins de 40 ans qui n’ont pas subi d’opération abdominale antérieure. Une dilatation et une stase marquées du contenu luminal de l’intestin grêle chez les patients présentant des symptômes relativement légers ou une longue histoire de symptômes abdominaux légers devraient impliquer que l’entérite régionale est une cause probable de la symptomatologie de l’obstruction intestinale chez les jeunes patients qui n’ont pas subi d’opérations abdominales antérieures.

Certains des résultats radiologiques décrits sont soit diagnostiques, soit très suggestifs de la maladie de Crohn, même lorsqu’ils sont observés dans des endroits aussi rares que l’antre gastrique, le duodénum et le jéjunum proximal. L’atteinte de l’antre, du pylore et de la partie proximale du duodénum en continuité produit une apparence « pseudo post-Billroth I » qui suggère fortement une maladie granulomateuse lorsqu’elle est observée chez des patients sans opération abdominale antérieure. Les formes localisées de la maladie de Crohn peuvent produire des types d’obstruction en boucle fermée partielle, tandis que des obstructions en boucle aveugle et des problèmes de malabsorption graves peuvent survenir lorsque la maladie provoque une obstruction de haut grade de la partie distale de l’intestin grêle associée à une fistule duodénocolique.

Les « pseudodiverticules » dus à de multiples cryptes et au manque de fiabilité occasionnel du « signe de chaîne » comme indiqué après l’ingestion de sulfate de baryum sont discutés.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.