Dark Horizons a une entrevue avec Tom Hanks, qui parle de son nouveau film de Noël, THE POLAR EXPRESS, qui sort au mois de septembre. Bien que gâché par des erreurs typographiques évidentes (de quoi rivaliser avec celles que vous trouvez sur ce site!), l’entretien est intéressant et instructif.

On apprend que Hanks, qui a lu le livre à ses enfants pendant des années, a acheté lui-même les droits du film et a proposé l’idée de faire un film à Robert Zemeckis, qui a écrit et réalisé le film. Hanks se demandait si le monde fantastique illustré dans le livre de Chris Van Allsburg pourrait même être réalisé sur film, mais l’infographie et le stop-motion sont venus à la rescousse.

Cette décision, inévitablement, sonne l’alarme dans certains milieux, de la part de personnes craignant que la technologie ne prenne le dessus (et ne ruine) les films. Cependant, Hanks, un fan de la technologie cinématographique comme le stop-motion (il a présenté avec enthousiasme à Ray Harryhausen un Oscar de la réalisation à vie il y a quelques années) pense que le processus ouvre de nouvelles voies pour que les acteurs s’expriment, grâce à la technologie de capture de mouvement, qui permet aux acteurs de donner des performances capturées dans l’ordinateur et rendues avec des graphismes tridimensionnels:

« Si Meryl Streep peut jouer le plus grand Ghenis Khan de l’histoire, mieux que quiconque peut jouer Genhis Khan, Meryl streep peut jouer Gengis Khan. Et si James Earl Jones peut jouer le plus grand Mickey Rooney et L’histoire de Mickey Rooney, James Earl Jones peut maintenant jouer Mickey rooney dans l’histoire de Mickey Rooney. C’est une opportunité extraordinaire pour les acteurs de ne plus être limités par la taille, le poids, la couleur des cheveux, le sexe ou la race, ce qui est en fait une très bonne nouvelle. »
Bien sûr, l’inconvénient de l’imagerie générée par ordinateur est que, bien qu’elle fonctionne bien pour rendre des objets et même des créatures fantastiques, elle peut donner des résultats bizarres et presque déroutants lorsqu’elle cherche à simuler l’expression faciale humaine.

Il y avait un article intéressant dans Salon.com il y a quelque temps, cela abordait très bien ce problème (j’ai regardé mais je n’ai pas trouvé l’article dans leurs achives). Bien que discutant des jeux vidéo, le point de base concerne également les films: les représentations de visages humains de plus en plus réalistes générées par ordinateur sont agréables jusqu’à un certain point, et lorsqu’elles dépassent ce point, elles deviennent désagréables.

Le problème semble être que nous acceptons une certaine quantité d’absence de vie dans les rendus artistiques comme l’animation conventionnelle, mais lorsque la représentation semble plus réaliste, cette qualité sans vie ressort beaucoup plus clairement, et nous réagissons à un niveau viscéral comme si nous controntions un zombie sans émotion.

C’est pour cette raison que je n’ai jamais été amoureux de la représentation de personnages humains par Pixar. Leurs films sont merveilleux lorsqu’ils dépeignent des poupées (dans TOY STORY), des monstres (dans MONSTER, INC) et des poissons (dans FINDING NEMO), mais chaque fois que l’accent est mis sur les personnages humains, les limites des images de synthèse sont malheureusement exposées. (Les films réussissent malgré tout parce qu’ils sont si bien écrits et drôles qu’ils engendrent un sentiment de bonne volonté du public, qui néglige alors les défauts.)

J’ai hâte de voir comment se passera LE POLAR EXPRESS. Mais à en juger par la bande-annonce, je ne m’attends pas à ce que ce soit une expérience extrêmement réconfortante. Aussi bon que soient les arrière-plans, ce rendu CGI robotique du visage de Tom Hanks n’est pas quelque chose que je trouve le moins attachant. Mon espoir en ce moment repose sur le fait que les avant-premières de films sont souvent obligées d’utiliser des images de test précoces car le rendu final n’est pas prêt à temps, alors peut-être que les images réelles du film insuffleront un peu de vie à ce zombie sans vie.

MISE À JOUR: Il semble que mes craintes concernant le problème CGI soient vraies, même si POLAR EXPRESS fait généralement l’objet d’un examen favorable. Le film a jusqu’à présent reçu une note favorable de 80% sur Rotten Tomatoes.com, et Duane Byrge de Hollywood Reporter écrit: « Le film n’est pas purement magique; il a aussi du cœur. »

Cependant, David Rooney chez Variety semble avoir dû lire dans mes pensées lorsqu’il a écrit: « Le Polar Express peut réussir par le processus de capture de mouvement à reproduire le mouvement humain en numérisant les performances des acteurs vivants, mais il ne parvient pas à capturer la subtilité des expressions faciales ou à fabriquer des figures sympathiques et évocatrices. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.