Par Ellyn Kail en mai 4, 2017

Chiens dans leurs cages dans une usine à chiots avant d’être secourus. © Jo-Anne McArthur / Nous les animaux avec la SPCA de Montréal

Un chien récemment sauvé reçoit des soins. © Jo-Anne McArthur / Nous les animaux avec la SPCA de Montréal

Un chien récemment sauvé reçoit des soins. © Jo-Anne McArthur / We Animals avec la SPCA de Montréal

En 2013, la photojournaliste Jo-Anne McArthur était avec la SPCA lorsqu’elle a saisi environ 100 chiens dans une usine à chiots du Québec rural. Après une vie de confinement, environ une demi-douzaine de pit-bull de type ont finalement été conduits à l’air libre. Leurs queues, une fois fermement rentrées entre leurs jambes, ont commencé à se détendre. Les sauveteurs ont parlé doucement et ont offert leurs mains pour que les animaux reniflent. Petit à petit, le remue-ménage a commencé.

McArthur a vu des animaux du monde entier dans des circonstances inhumaines, et la plupart du temps, elle ne peut rien faire à part documenter ce qu’elle voit. Ce sont des moments comme celui—ci – quand elle voit un animal libéré de la cruauté – qui lui donnent l’espoir et l’énergie de continuer.

Le photographe a accompagné la SPCA et la Humane Society International lors de plusieurs cas d’usines à chiots. Parfois, ils portaient un mandat pour retirer tous les chiens, mais il y a aussi eu des cas où ils n’ont été autorisés à secourir que les chiens les plus faibles et les plus malades et à laisser le reste derrière eux.

Les chiens des usines à chiots vivent dans des cages, et bien que cela varie d’un pays à l’autre, la loi aux États-Unis dicte que la cage ne doit être que de six pouces plus large et plus longue que le chien. Cela signifie que les animaux ne pourront même pas se retourner.

Dans les usines à chiots que McArthur a vues, il est également courant qu’un morceau de bois sépare les chiens dans des cages adjacentes. Les animaux sont isolés les uns des autres et incapables d’établir un contact visuel avec les chiens à côté d’eux, bien qu’ils puissent voir dans les cages directement en face.

Les femelles sont élevées encore et encore jusqu’à ce qu’elles ne puissent plus produire de bébés. À ce moment-là, ils sont parfois tués ou abandonnés. Les chiens des usines à chiots reçoivent peu ou pas de soins médicaux, et les chiots et les chiens adultes meurent de maladies évitables.

McArthur a rencontré un chihuahua dont la mâchoire entière avait « littéralement pourri » à cause de la négligence. Après un régime de mauvaise nourriture bon marché et sans soins dentaires, le tartre sur ses dents a infecté sa mandibule.  » Il n’avait pas de mâchoire « , explique le photographe.

Quelque chose de similaire est arrivé à Wembley, un caniche de huit ans qui est inclus dans le livre de McArthur, We Animals. Sa mâchoire avait également partiellement disparu. Grâce aux efforts de la SPCA de Montréal, Wembley vit maintenant dans une maison chaleureuse et aimante.

« Ces chiens n’ont pas d’amis. Ils n’ont pas d’alliés, alors quand ils apprennent à faire confiance, c’est vraiment quelque chose « , me dit McArthur.

C’est ce sentiment qui la ramène à ces pitbulls du Québec. Ces chiens n’avaient jamais été traités avec autre chose que de la cruauté, mais ils ont quand même choisi de suivre leurs sauveteurs hors de leurs cages et dans un avenir inconnu. Ils ont choisi de faire confiance, et c’était probablement le premier choix qu’ils avaient fait pour eux-mêmes.

Malheureusement, certaines des usines à chiots que McArthur a photographiées sont toujours en activité. Dans ces cas, il est possible que les tribunaux les autorisent à continuer sans aucune conséquence. Même ceux qui sont punis souvent « ne reçoivent qu’une gifle au poignet. »Ils pourraient obtenir une probation, ou ils pourraient être suspendus pendant quelques années et recommencer sans que rien n’ait changé.

Jusqu’à ce que les usines à chiots disparaissent, McArthur continuera à raconter les histoires de ces chiens (souvent invisibles). « Il y a quelqu’un là-dedans », dit McArthur en se souvenant de leurs yeux, « Et parce qu’il y a quelqu’un là-dedans, ils méritent de vivre à l’abri du mal. »

Il existe plusieurs façons d’aider à arrêter les usines à chiots. Choisir d’adopter un chien d’un refuge ou d’un sauvetage, au lieu d’acheter un chien, est le moyen infaillible d’éviter les usines à chiots. L’adoption accorde non seulement à un chien le don d’une maison et d’une vie, mais elle protège également les autres chiens contre la cruauté. Pour protéger les générations futures, McArthur nous rappelle de stériliser et de stériliser nos animaux. Pour en savoir plus, consultez la SPCA et HSI.

Cet article est le cinquième d’une série de sept articles que nous publierons sur la photojournaliste Jo-Anne McArthur et les archives We Animals. Vous pouvez lire les quatre premiers ici, ici, ici et ici.

Des centaines de photos des archives We Animals sont disponibles gratuitement aux organisations caritatives et éducatives. Le projet repose sur des dons du public. Faites un don unique ici, et si vous souhaitez contribuer mensuellement, vous pouvez le faire ici. Trouvez le livre We Animals ici, et trouvez le nouveau livre de McArthur, Captive, ici.

Chiens se blottissant dans leur cage dans une usine à chiots avant d’être secourus. © Jo-Anne McArthur / Nous les animaux avec la SPCA de Montréal

Chiens dans leurs cages dans une usine à chiots avant d’être secourus. © Jo-Anne McArthur / Nous les animaux avec la SPCA de Montréal

Un chien dans une cage de moulin à chiots avant d’être secouru. © Jo-Anne McArthur / Nous les animaux avec la SPCA de Montréal

Un inspecteur de la SPCA trouve le corps d’un chien mort dans l’usine à chiots. © Jo-Anne McArthur / Nous les animaux avec la SPCA de Montréal

Les corps congelés de chiens morts dans l’usine à chiots découverts par les inspecteurs de la SPCA. © Jo-Anne McArthur / Nous les animaux avec la SPCA de Montréal

Un chien est conduit hors d’une usine à chiots pour recevoir des soins. © Jo-Anne McArthur / Nous les animaux avec la SPCA de Montréal

Un chien récemment sauvé reçoit des soins. © Jo-Anne McArthur / Nous les animaux avec la SPCA de Montréal

Un chien reçoit des soins après avoir été sauvé d’une usine à chiots. © Jo-Anne McArthur / Nous les animaux avec la SPCA de Montréal

Les chiots nouveau-nés reçoivent des soins après avoir été sauvés d’une usine à chiots. © Jo-Anne McArthur / Nous les animaux avec la SPCA de Montréal

En savoir plus

Donner une impression
Recevoir une impression

Obtenir un guide

Voir tous les guides

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.