Un diagnostic précis de la maladie est au cœur de la mise en œuvre de thérapies visant à inverser ou à atténuer un état de compromis respiratoire. Le diagnostic correct d’un trouble respiratoire nécessite un dépistage pour déterminer la quantité de gaz dans la circulation sanguine du patient. Deux tests différents sont disponibles pour le diagnostic clinique.

L’analyse et la surveillance des niveaux de gaz dans le sang nécessitent l’une des procédures de diagnostic suivantes:

  • Oxymétrie de pouls

Pour ce test, un petit capteur est fixé au doigt ou à l’oreille du patient. Le capteur utilise la lumière pour estimer la quantité d’oxygène dans le sang.

Un oxymètre de pouls fonctionne en diffusant de la lumière rouge et infrarouge à travers les capillaires. La quantité de lumière rouge et infrarouge transmise fournit une mesure approximative de l’oxygène dans le sang. La lecture de l’oxymètre est basée sur la couleur du sang: le sang oxygéné est d’un rouge plus brillant que le sang désoxygéné, qui apparaît comme un violet bleuté.

  • Test des gaz du sang artériel (ABG)

Ce test mesure les niveaux précis d’oxygène et de dioxyde de carbone dans le sang. Un échantillon de sang est prélevé sur une artère, généralement au poignet. Un laboratoire traite ensuite l’échantillon de sang pour déterminer les niveaux d’oxygène et de dioxyde de carbone.

Évaluer et surveiller les niveaux de gaz dans le sang est le moyen le plus précis d’identifier un état de compromission respiratoire chez les patients. Le test ABG nécessite cependant un échantillon de sang artériel, ce qui est plus invasif et inconfortable pour les patients qu’une lecture d’oxymétrie de pouls qui utilise une lecture basée sur la lumière et la couleur.

Reconnaissance et interventionmodifier

L’importance du diagnostic de la compromission respiratoire est qu’avec un diagnostic plus précoce et une progression du traitement vers une insuffisance respiratoire peut être évitée. Des techniques de surveillance améliorées et des thérapies spécifiques peuvent prévenir la progression de la compromission respiratoire vers l’insuffisance respiratoire et la mort possible.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.