Vous n’êtes pas autorisé à visiter l’île du Faisan, située près du terminus de l’océan Atlantique de la frontière franco-espagnole. Mais  » on peut facilement le voir depuis la rive de Joncaux, sur le chemin de la Baie « , suggère le site Internet de l’office de tourisme local, sans une pointe d’ironie !
Environ six kilomètres avant que la rivière Bidassoa ne se jette dans l’océan Atlantique, ses eaux, qui dans le dernier tronçon marquent la frontière entre l’Espagne et la France, baignent la minuscule île aux faisans, presque un rocher boisé au milieu du fleuve.
C’est ici, en 1659, que les souverains des deux États voisins se réunirent pour signer le Traité des Pyrénées, qui mit officiellement fin à la guerre de Trente Ans. Un monolithe a été construit au centre de l’île pour commémorer l’événement qui a été le point culminant d’une série de 24 conférences tenues entre Luis de Haro, Grand d’Espagne et le Cardinal Mazarin, Ministre en chef de la France, après la fin de la guerre.

Louis XIV de France et Philippe IV d’Espagne se rencontrent à l’île du Faisan pour signer le Traité des Pyrénées. Huile sur toile de Jacques Laumosnier:

Dans le traité, la rivière Bidassoa, dans les dix derniers kilomètres de son cours, a été placée comme frontière naturelle entre les deux nations, jusqu’au golfe de Gascogne.
Comme c’est presque toujours le cas lorsqu’une rivière marque la frontière, celle-ci est placée à peu près au centre du cours d’eau. Suivant cette ligne, l’île était idéalement divisée en deux, la France et l’Espagne occupant respectivement la partie placée de leur côté.
Au lieu de cela, les deux pays ont conclu un autre type d’accord parce que le traité de 1659 a consacré son importance aux deux pays en l’établissant comme un exemple rare de ce curieux arrangement frontalier: un condominium.
Un condominium est un territoire administré conjointement par deux ou plusieurs pays, souvent (mais pas nécessairement) un territoire à la frontière commune entre les parties concernées. Comme on pourrait le supposer, un tel arrangement dépend de la coopération bienveillante de toutes les parties impliquées et en effet, historiquement, la plupart des copropriétés n’ont pas survécu très longtemps.
Le succès d’une telle disposition nécessite la coopération de toutes les parties concernées, ce qui n’est pas facile à maintenir longtemps. L’exemple le plus réussi est probablement celui de l’Antarctique, où 53 nations ont exercé leur souveraineté depuis 1961.
Pheasant Island n’est pas seulement la plus ancienne copropriété encore existante, c’est aussi la seule où la souveraineté n’est pas partagée simultanément, mais alternativement. Pendant six mois par an, l’île du Faisan est française; pour les six autres, elle est espagnole et tous les six mois une petite cérémonie de transfert de souveraineté a lieu.

Avant la signature du Traité des Pyrénées, le  » statut » de l’île n’était pas bien défini, mais constituait une sorte de zone neutre qui servait de lieu de rencontre entre les représentants de la France et de l’Espagne, et de lieu d’échange pour les prisonniers. Il semble étrange qu’une île d’environ 3 000 mètres carrés ait été utilisée comme théâtre d’événements historiques importants, ainsi que pour des fiançailles et des mariages royaux entre héritiers des couronnes respectives, à tel point qu’à l’époque l’île a pris le nom d' »Île de la Conférence ».
En 1615, Louis XIII de France et Philippe IV d’Espagne rencontrent pour la première fois leurs épouses, sœurs l’une de l’autre, sur l’île, après les avoir mariées par procuration. Plus tard dans le même siècle, l’île du Faisan sera l’endroit où Louis XIV de France et Charles II d’Espagne posèrent pour la première fois les yeux sur leurs épouses respectives.
En 1721, Louis XV rencontre sa future épouse Mariana Victoria d’Espagne. Les deux ne se sont finalement jamais mariés. Louis a plutôt épousé Marie Leszczyńska, et Mariana le futur Joseph Ier de Portugal.

Aujourd’hui, l’île est interdite aux visiteurs, et vous êtes « condamné  » à contempler la petite île depuis les rives de la Bidassoa, depuis la ville d’Hendaye en France, et depuis celle d’Irun en Espagne.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.